17/10/2006

25. Son autonomie

Au début de l’handicap moiteur, je me suis vite rendu compte que conduire devenait impossible par le manque de force dans les jambes.

Chaque fois que je devais me déplacer à l’extérieur, il fallait que je fasse appel à la famille et aux amis.

A part quelques navettes de bus accessibles et le train qui ne me permet pas d’aller partout, il n’y a pas grand-chose.

Les minis bus qui ont été conçu à la base pour les personnes à mobilités réduites sont toujours complets dans la région de Wavre, Ottignies, Louvain-la-Neuve.

Pour prendre le train, il faut dépendre des gens de la gare et s’assurer qu’il y ait une rampe d’accès au bien pour monter que pour descendre du train.

Bien souvent on est placé entre les voitures devant les portes d’entrée du train.

Ce qui n’est pas confortable.

A chaque ouverture des portes, on est dans les courants d’air.

C’est ennuyeux de devoir dépendre des autres.

Ayant trop de déplacement pour les soins et le travail, il m’était impossible de continuer à ce rythme.

Je me suis renseignée sur les démarches qu’il faut faire pour adapter une voiture avec les commandes au volant.

Passer au Carra pour obtenir l’autorisation de conduire, faire une demande d’intervention à l’Awiph…

Le jour ou j’ai eu ma voiture fin prête à conduire avec les commandes au volant, je savais que j’allais pouvoir être autonome dans mes déplacements.

Je suis bien contente car je ne pourrais faire ce que je fais sans ma voiture.

10:31 Écrit par christine dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.